• [BaekHan] Un Hiver à Séoul

    Je préviens cette fiction n'est pas la mienne, j'ai fais des petites retouches pour qu'il soit dans le même style que le blog après je n'est rien modifier d'autres que la fin. Alors il y avait un lemon à la fin, je ne l'ai pas mit parce que je sais que beaucoup n'aime pas les lemons, y'en a qui sont trop jeunes et puis je voulais pas mettre un lemon comme 1ère mini fiction, ça m'affichera mal. Alors je l'ai modifier mais je vous l'ai préciser, donc après la petite bannière c'est moi qui l'ai rajouter, j'ai couper le texte original et mis une suite alternative.

    Vous pouvez retrouver la fiction original ici -> http://hallyufiction.skyrock.com/3176245671-OS-Un-hiver-a-Seoul-BaekHan.html

    [NOT ME] Un Hiver à Séoul

    En cet hiver de décembre, la neige avait pris possession de la ville de Séoul. Elle empêchait ainsi les véhicules de circuler sans incident et les nombreux piétons de se déplacer correctement. Ces derniers étaient touchés par un froid atteignant des records et de ce fait la poudre blanche se changeait en glace et faisait tomber les plus pressés des passants.

         C'était le cas de Baek Hyun, jeune étudiant qui, en tentant avec difficulté à rejoindre son université, avait glissé et s'était rattrapé à temps à un poteau, évitant la catastrophe. Il remonta la fermeture éclair de sa doudoune noire, vérifia, juste après, l'heure sur son portable.

    Baek : Merde, j'vais être en retard.
     
         Les vacances venaient de se terminer et il devait déjà faire fonctionner ses méninges afin de trouver un moyen de transport plus rapide. Il soupira, rangea l'appareil dans la poche droite de sa veste, rabattit sa capuche à fourrure sur son crâne et chercha des yeux ce qui pourrait le sauver.

         Il aperçu le bus qui menait aux portes de son école, et modifia son itinéraire dans le but de le prendre. Seulement, son attention étant totalement focalisée sur sa trajectoire, il ne faisait plus attention à la population qui l'entourait, et ne vit donc pas la personne qui se précipitait sur lui. Ils se percutèrent, et le brun chuta.



    Baek : Putain c'est pas vrai ! Manquait plus que ça ! Les gens font vraiment pas attention ! Ils pensent qu'à leur cul, rien à foutre des autres ! s'écria-t-il, en ramassant son sac et son portable, tombé de son manteau.
     
    Lu Han : Ce serait plutôt à moi de dire ça ! Vous ne regardiez même pas où vous alliez, vous aviez la tête en l'air ! lui répondit une voix.


     
         Baek Hyun, surpris, releva la tête et aperçu un autre homme par terre, qui avait l'air plus jeune que lui. Il avait un visage fin, tout comme ses lèvres et son nez, de grands yeux noisettes et ses cheveux étaient d'un blond cendré. Seuls ses sourcils, qui étaient froncés, formaient une discontinuité sur ce faciès d'une beauté fascinante, beauté que le brun ne le remarqua pas, trop énervé pour relever ce genre de choses. Surtout chez les personnes du même sexe que lui.


     
    Baek : Vous vous fichez de moi j'espère ?! cria-t-il, s'attirant les regards alentours. Si VOUS n'étiez pas en train de courir, VOUS ne me seriez pas rentré dedans, et tout ceci ne serait pas arrivé !


     
          Il se releva, tourna la tête et eut juste le temps d'apercevoir le car tourner au bout de la rue avant de disparaître.


     
    Baek : Et voilà ! J'ai raté mon bus ! Je fais comment maintenant ? Je fais des études moi, pas comme vous là, pauvres petits lycéens sans cerveau qui ne savent même pas compter jusqu'à 3 ! Si j'arrive en retard, j'me fais virer et j'trouverais pas de travail ! Tout ça à cause d'un petit inconscient ! Non mais les jeunes je vous jure, si on les écoute, c'est jamais de leur faute ! Aucune maturité !



         Il repartit, non sans un regard dédaigneux envers le « petit inconscient » en question, en direction de la FAC, en priant pour ne pas arriver trop tard.


    *

     
         Lu Han ouvrit la porte de son appartement, jeta ses clés dans un petit pot sur le meuble d'entrée, se prépara un café, prit un cachet d'aspirine, sortit ses affaires de son sac, alluma la télé et se laissa tomber son son canapé d'un blanc immaculé, exténué par sa journée. Comme à chaque fois, la reprise avait été dure aussi bien moralement que physiquement, et l'accident de ce matin n'avait en rien arrangé son état, lui provoquant une migraine. Encore un de ces merdeux qui se croit tout permis, qui gueule sur tout le monde alors qu'il est en tord. Et c'était lui l'immature ? De pire en pire.


         Il souffla un coup et but une gorgé de la boisson chaude qu'il tenait entre ses mains avant de se concentrer sur son travail. Il avait choisit de suivre un parcours à double cursus, chargeant encore plus son emploi du temps. D'un côté, ses études étaient centrées sur l'économie et la bourse, et de l'autre, sur la danse. Il avait choisit de quitter la Chine pour la capitale coréenne, car c'était le seul endroit où il avait pu sélectionner ces deux branches. En effet, sa première solution était devenir traideur. Il n'en avait aucune envie, l'achat et la vente de valeurs mobilières ne l'intéressant en aucun point, mais son père l'y avait forcé. Le salaire était assez important, et il restait assis toute la journée, rien de bien fatiguant. Cependant, s'il n'y parvenait pas, le jeune chinois avait imposé à son géniteur la danse, sa seule et unique passion, la seule chose qu'il voulait faire dans la vie. Mr. Xi avait accepté, mais l'avait prévenu que s'il faisait exprès de rater ses études d'économie, il le ferait rentrer en Chine et lui ferait arrêter la danse. Le message avait été clair, et Lu Han n'avait pas osé riposter. Il avait le droit de continuer la danse, ça lui suffisait. Alors il travaillait d'arrache pied. Quand il s'y mettait vraiment, il trouvait ça facile, il avait toujours aimé les chiffres. Il lui arrivait même de trouver ce qu'il faisait intéressant.
     
         Aujourd'hui faisait partie de ces fois où il prenait goût à la matière, sa concentration était maximale, et après plus de deux heures, son portable sonna, le faisant sursauter. Il le sortit de son jean et regarda qui pouvait donc l'appeler à 7h du soir. Mais le numéro était masqué, et Lu Han ne pu que décrocher, sa curiosité prenant le dessus.


     
    Lu Han : Allô ?
     
    Chan Yeol : Allô Baek Hyun ?
     
    Lu Han : Baek Hyun ? Il n'y a pas de Baek Hyun ici, vous vous êtes trompé de numéro.
     
    Chan Yeol : Oh, je suis désolé, je pensais pourtant avoir enregistré le bon numéro. Bonne soirée !



         Lu Han n'eut même pas le temps de placer ne serait-ce qu'un seul mot que son interlocuteur avait déjà raccroché. « Etrange » se dit-il. Il allait ranger le téléphone lorsqu'un détail attira son attention. Depuis quand avait-il deux hommes bruns aux lèvres charnues se tenant la main et souriant, l'un à la peau mâte, l'autre aux yeux grands ouverts, en fond d'écran ? Il était pourtant sûr d'avoir mis une photo de Xiu Min, son meilleur ami chinois resté à Beijing, que ce dernier lui avait envoyé le matin même pour lui souhaiter bon courage, les vacances n'étant toujours pas finies là-bas. Intrigué, il alla fouiller un peu, et découvrit des photos des deux hommes du fond d'écran accompagnés de deux autres petits bruns. Il reconnut alors l'un d'eux avec stupeur : le jeune homme qui lui était rentré dedans tout à l'heure. Ils avaient du échanger leurs portables, identiques, en reprenant leurs affaires. « Oh putain, j'espère qu'il n'ira pas fouiller ce petit con. »


    *

     
         Chan Yeol referma le clapet de son portable. Hier encore, il avait appelé Baek Hyun à ce numéro, et ce dernier avait répondu. Avait-il changé de numéro ? Si oui, personne n'aurait du avoir celui-là. Alors ... Peut-être quelqu'un lui avait-il volé ? Mais dans ce cas là, la personne aurait enlevé la carte SIM, ou n'aurait tout simplement pas répondu, pour ne pas se faire démasquer. Il ne restait qu'une option. Baek Hyun avait prêté son portable à quelqu'un. Cette idée le fit frémir de rage. Comment pouvait-il le tromper, lui, alors qu'il lui montrait tous les jours son amour ? Il était au petit soin pour lui, il l'appelait tous les jours, prenait de ses nouvelles, lui envoyait des lettres, des cadeaux à son anniversaire, à Noël ou même n'importe quand.
     
         Le géant tapa du point du sa table, faisant sauter tous les objets qui s'y trouvaient. Il devait régler ça au plus vite. Personne ne devait lui voler Byun Baek Hyun, personne.


    *

     
         La pendule affichait 19h30. Cela faisait déjà une demi-heure que les amis de Baek Hyun devraient être là, mais aucun des trois n'avait donné signe de vie. Il déverrouilla son portable pour appeler l'un d'entre eux, et par la même occasion se déchaîner sur lui, et manqua de le lâcher en voyant un visage joufflu à la place de ses deux amis.


     
    Baek :
    Qui c'est celui-là ? Encore un coup de Jong In ça, j'vais l'buter c't'enfant un jour, râla-t-il, non sans un sourire.


     
         Le portable sonna, et faillit tomber une deuxième fois. Baek Hyun fronça les sourcils. Pourquoi son numéro apparaissait ?


     
    Baek :
    Allô ?
     
    Lu :
    Allô... Baek Hyun c'est ça ?
     
    Baek :
    Euh... Oui c'est moi. Et vous, vous êtes qui ?
     
    Lu :
    Toujours aussi insolent à ce que je vois, nota son interlocuteur avec un petit rire cristallin. Lu Han, le soi-disant petit lycéen sans cerveau qui vous a accidentellement renversé ce matin.
     
    Baek :
    Ah, je vois. Vous, qui avez pris mon portable, vous comptez me le rendre un jour ?
     
    Lu :
    Tout débord, je ne l'ai pas pris, c'est vous qui êtes parti le premier avec le mien. Enfin bref, j'appelle pour ça justement, pour vous le rendre. Vous pouvez quand ?


     
         Baek Hyun réfléchit quelques instants. Ce soir ce n'était pas possible, et puis ce Lu Han là devait certainement être trop occupé à draguer les minettes de son quartier.


     
    Baek :
    Je termine plus tôt demain, 17h à la station de métro de Gangnam, c'est bon ?
     
    Lu :
    Désolé, mais moi aussi je fais des études, et je ne termine pas avant 18h demain. Plutôt 19h pour moi.
     
    Baek :
    Ça termine aussi tard le lycée ?! Bah putain, doivent pas être servis les profs.
     
    Lu :
    Ça fait 4 ans que je suis à l'université.


     
         Silence. Il était si vieux que ça ? Dans les souvenirs de Baek Hyun, il avait des traits si enfantins pourtant. Mais si ça faisait 4 ans qu'il était à la FAC, il avait donc...


     

    Baek : 22 ans ?! avait-il dit à voix haute, sans s'en rendre compte.
     
    Lu :
    Bravo, vous savez compter.
     
    Baek :
    Hein ?
     
    Lu :
    Bah vous avez raison, j'ai bien 22 ans.
     
    Baek :
    Mais j'ai rien dit !
     
    Lu :
    Vous venez de me crier « 22 ans ?! » dans les oreilles, vous avez certainement du me percer un tympan d'ailleurs.
     
    Baek :
    Ah merde, je pensais pas l'avoir dit tout haut, désolé.
     
    Lu :
    Des excuses ? Wow, frappez moi que je vérifie que je ne rêve pas.
     
    Baek :
    Haha, très drôle. Sinon 19h ça me va. A demain.


     
         Il raccrocha sans laisser l'autre répondre, énervé à cause des 3 autres qui ne se pointaient toujours pas. Il décida d'attendre encore une demi-heure, et s'ils ne venaient toujours pas, il se ferait des pâtes et tant pis pour la soirée pizza. Il enregistra ensuite son numéro dans les contacts de l'autre, il avait la flemme de retaper le numéro s'il devait le joindre pour je-ne-sais quelle raison.
    A peine eut-il finit qu'il reçu un message. De « Baek Hyun », autrement-dit, Lu Han. Il rigola de la situation, il trouvait étrange de recevoir un SMS de lui-même en quelques sortes, puis l'ouvrit.



    « De : Baek Hyun
    Au fait, un certain D.O. a envoyé ce SMS : « RDV chez Su Ho à 19h plutôt que chez toi, il ne peut plus se déplacer, sa voiture a gelé et t'habites trop loin pour qu'il soit à pied à temps. » Avant que vous ne m'accusiez, je n'ai pas fouillé, le message s'est affiché tout seul. »


     
    Baek :
    Putain c'est pas possible ! Ils ont tous décidé de  me faire chier aujourd'hui ou quoi ? Qu'est-ce qu'il lui a pris d'acheter un voiture qui gèle dès qu'il fait -10 à papy là ? Et l'autre là, il pouvait pas me le dire avant non ? 1h que j'attends pour rien !
     
         Il s'interrompit, ayant reçu un nouveau message.



    « De : Baek Hyun
    Et avant que vous ne vous énerviez sur moi, je venais de voir le SMS quand je vous ai appelé, je comptais vous le dire, mais vous m'avez raccroché au nez avant. »



         Baek Hyun écarquilla les yeux. Il lisait aussi dans les pensées l'androgyne ou quoi ? Il tourna la tête de droite à gauche pour effacer ces pensées néfastes, et son regard croisa son réveil. 19h45. « Merde ». Il fourra le téléphone dans sa poche, pris sa veste, mis ses chaussures, embarqua ses clés et claqua la porte derrière lui. Il dévala les marches de l'immeuble, et mis sa veste en courant à travers les rues désormais plus grises que blanches, faisant cette fois attention à ce qui l'entourait. Il arriva en un temps record chez le fameux « Su Ho » et sonna, à bout de souffle. La porte s'ouvrit sur ce dernier, qui prit un air soulagé.


     
    Su Ho :
    Baek Hyun ? J'ai cru qu'il t'était arrivé quelque chose ! Entre entre ! Tu ne vas pas rester dehors toute la nuit ! Baek Hyun est là ! ajouta-t-il à l'intention des deux autres, dans le salon.
     
    Kai :
    Enfin ! T'as vu l'heure ? Tu dis que j'suis toujours en retard, mais là t'as battu un record ! T'as de la chance que pépé Su Ho t'aimes tant que ça, sinon j'l'aurais bouffée depuis trois plombes la pizza de D.O. !
     
    Baek :
    Je sais Kai, je suis désolé, j'avais pas le bon portable et je viens de lire le SMS de D.O y a quelques minutes.
     
    D.O
    Pas le bon portable ? T'en a plusieurs maintenant ?
     
    Baek :
    Non D.O, mais j'vous expliquerais ça en mangeant. J'ai cru comprendre que les pizzas étaient prêtes...

     


    *

     
         La neige avait entièrement disparu des rues coréennes, laissant place à un verglas on ne peut plus glissant, que la pluie soutenait. Cette fois, ce n'était plus les gens maladroits qui se cognaient, mais les multiples parapluies ouverts sur une population morose à cause du temps. Et des cours. Non pas que Baek Hyun les trouvait ennuyeux, bien au contraire, le chant était toute sa vie. Justement, il estimait que 6h de chant par jour n'était pas une quantité suffisante. Mais il avait réussi à rentrer dans la plus grande école de chant du pays, il n'allait pas s'en plaindre, il passait déjà tout son temps libre à le faire.
     
         Il aperçu enfin la silhouette qu'il cherchait et se dirigea vers elle. Lu Han tourna la tête et leur regard se croisèrent. A sa plus grande surprise, le blond lui adressa un grand sourire, si beau qu'il ne put que le lui rendre. Lorsqu'il arriva à sa hauteur, il cru que la pluie s'était soudainement arrêtée, avant de se rendre compte que l'autre avait placé son parapluie au dessus d'eux deux.


     
    Baek : Merci, dit-il, pointant le tissu noir.
     
    Lu : Pas de quoi. J'espère que tu n'es pas arrivé en retard hier ...
     

    Baek : Je suis arrivé pile poil, heureusement. On se tutoie maintenant ?
     
    Lu : Oh, désolé, l'habitude.
     
    Baek : Mmh, ça me gène pas. Viens on va dans le café en face. Crois pas que j'te drague hein, j'suis hétéro, mais on va pas rester comme deux idiots, si ?


     
         Cette remarque fit rire le jeune homme de 22 ans, et Baek Hyun ne put s'empêcher de sourire en entendant une seconde fois ce son qu'il trouvait magnifique malgré lui. Ils allèrent donc s'installer autour d'une table pour deux près d'une des vitres du restaurant et commencèrent à parler de tout et de rien, en passant par les études, la famille, les passe-temps ou encore les amis. Ils étaient tellement absorbés par leur conversation qu'ils n'avaient pas touché à leurs cafés.
     

    *

     
    - Donc, si je résume, le baozi qui te sert de fond d'écran s'appelle Xiu Min, son nom coréen est Min Seok, et c'est ton meilleur ami qui est resté en Chine alors que toi t'es venu ici pour suivre des études de danse et, parce que ton père te force, d'éco ?


     
    Lu : Mmh, c'est ça ! confirma le chinois. Enfin bref, assez parlé de moi ! Et toi alors, tu fais quoi comme études si importantes pour avoir le droit de me gueuler dessus en pleine rue ?


     
         Le brun sourit au moins pour la dixième fois depuis qu'ils étaient arrivés, soit environ trois quarts d'heure.


     
    Baek : Je suis à la FAC aussi, en deuxième année. Je fais des études de chant.
     
    Lu : 20 ans ?
     
    Baek : Ouai.
     
    Lu : Donc je suis ton Hyung ! Quel respect tu as envers tes aînés !
     
    Baek : Eh ! Je savais pas que t'étais plus vieux que moi ! T'as une tête d'ado, j'y peux rien !


     
         L'espace d'un instant, Lu Han perdit son sourire, mais le repris bien vite, pour ne pas alerter son interlocuteur. Mais rien n'avait échappé au cadet qui avait le regard braqué sur le visage qui lui faisait face, le dévorant des yeux.


     
    Baek : T'es complexé ?
     
    Lu : U-un peu, répondit le chinois après une petite hésitation, il n'aimait pas montrer ses faiblesses. Tout le monde me prend pour un gamin, à la longue c'est ... Ennuyant, pour rester poli.


     
    Baek : Si ça peut te rassurer, ça te va bien, le rassura Baek Hyun, qui regretta tout de suite ses mots.


     
         Le destinataire des paroles rougit immédiatement, et un petit sourire pudique apparu sur ses lèvres.


     
    Lu : M-merci...
     
    Baek : De rien, répondit le coréen, sèchement. Il avait encore dit tout haut ce qu'il pensait tout bas, et ça l'agaçait.


               
         Un silence gêné s'installa, troublé de temps en temps par le ventre affamé de Baek Hyun, qui se raclait la gorge pour couvrir le bruit. Lu Han sourit.


     
    Lu : Tu veux qu'on mange ici ? Je t'avoue que j'commence aussi à avoir faim, et on m'a dit que les nouilles étaient très bonnes dans ce resto.
     
    Baek : Euh... Désolé mais j'ai pas pris mes sous...
     
    Lu : Pas grave, j'te paye le repas ! J'te dois bien ça ! Qu'est-ce que tu veux ?
     
    Baek : Non mais non Lu Han, c'est pas la peine je t'assure ! essaya Baek Hyun, remarquant la rougeur qui avait repris possession des joues du chinois à l'entente de son prénom.

    Lu : Y a pas de mais ! Qu'est-ce que tu veux ? Pizza, nouilles, frites ? Crois pas que j'te drague hein, j'suis hétéro, mais on va pas rester comme deux idiots, si ?



         Les deux garçons rigolèrent, passèrent commande puis se régalèrent, tout en discutant de nouveau joyeusement. A la fin du repas, Lu Han paya et ils partirent chacun de leur côté, une glace à la main. Seulement, en passant devant la vitre derrière laquelle ils étaient assis précédemment, Baek Hyun remarqua le parapluie noir sous leur ancienne table. Il alla donc le récupérer et le pris avec lui, le chinois ayant déjà disparu dans la foule.
     

    *


         Une fois le professeur partit, Baek Hyun se précipita sur Su Ho pour discuter de leur prochaine soirée pizza. D.O était vraiment un excellent cuisinier et ils raffolaient tous de ses petits plats.
    Chan Yeol, qui suivait le même cours de mathématique qu'eux, en profita pour aller fouiller la veste du petit brun et trouva son portable. Il vérifia que personne ne le regardait, lu les quelques SMS qui se trouvaient encore en mémoire, et fronça les sourcils. Baek Hyun avait rendez-vous avec quelqu'un qu'il ne connaissait pas, et ça ne lui plaisait pas du tout. Il envoya un SMS et eu tout juste le temps de sortir de la salle que Baek Hyun retournait déjà à sa place, le nouveau professeur arrivé.

     
         Il partit à toute vitesse de l'université avec un grand sourire aux oreilles. Lui aussi avait rendez-vous.


    *

     
         Lu Han ne prit même pas la peine de lacer ses chaussures et partit à toute vitesse. Baek Hyun venait d'avancer l'heure de leur rendez-vous à 14h30 au lieu de 15h, et déjà qu'il lui rendait son parapluie alors qu'il aurait pu le laisser au restaurant, il n'allait quand même pas arriver en retard, il était censé être le plus vieux, le plus sage. Ses cheveux n'étaient pas coiffés, et il essaya de les aplatir en courant, peine perdue.
    Lorsqu'il arriva dans la ruelle indiquée par le coréen, une sensation étrange l'envahit. Comme si quelque chose clochait, comme s'il ne devait pas se trouver ici. Il paniqua et commença à rebrousser chemin, tremblant, il l'attendrait à l'entrée de l'impasse, pas besoin d'aller au fond, si ?

         Soudain, un poing s'abattit sur sa mâchoire, le faisant tomber. Qu'est-ce que- Il n'eut même pas le temps de penser qu'un deuxième coup se fit sentir, au ventre cette fois.

     

    Chan Yeol : Tu crois que tu peux fréquenter Baek Hyun comme ça ? Il est à moi, t'as compris ? Ne t'approche plus de lui, plus jamais, c'est clair ?



         Nouveaux coups de pied, dans le tibia, puis dans les poumons. Lu Han en eu le souffle coupé. Dès son premier mot il avait reconnu la voix de son agresseur. C'était celui qui avait appelé Baek Hyun lorsqu'il avait encore le portable de ce dernier. Il ouvrit les yeux, qu'il avait fermé sous le choc, et observa la silhouette debout devant lui. Il faisait jour encore, mais ils étaient coincés entre deux immeubles, et le soleil ne pénétrait pas dans cet espace presque clos. Il ne pu donc que remarquer l'immense taille de l'homme à la voix grave qui le frappait.
    Le chinois avait mal partout, il ne sentait même plus les coups. Il les devinait par rapport aux douleurs qui grandissaient, plus diminuaient. Le dominant lui adressa un dernier coup, lui cracha dessus, puis partit dans un dernier avertissement. « Je te jure, je te vois encore une fois près de lui, et cette fois je te tue. »

         Son tibia le lança, et il en déduit que ce fut l'endroit du dernier point de rencontre entre le pied du géant et le corps du blond.

         Il attendit quelques minutes, le temps de reprendre son souffle, et repartit en direction de son appartement, où il aurait du normalement rester pour attendre Baek Hyun. Dans la rue, les gens le regardaient étrangement, lui proposant de l'aide quelques fois, mais il refusait poliment et s'enfonça un peu plus dans sa capuche, pour que personne ne regarde son visage.


     
    Baek : Lu Han !
     


         Un cri le fit relever la tête. Oh non, pas lui. Le seul qu'il ne voulait pas voir, pas dans cet état. Baek Hyun. Ce dernier se précipita vers lui.
     
    Baek : Lu Han ! Qu'est-ce qu'il s'est passé ?
     
    Lu : R-rien Baek Hyun, c-c'est pas gr-grave lai-

    Baek : Si c'est grave Lu Han ! Je t'attends sagement au pied de ton immeuble et je te vois arriver plein de sang, les vêtements déchirés et- OH MON DIEU !


     
         Tout en parlant, il avait baissé la capuche du chinois et vit enfin son visage. Il n'était plus blanc, comme d'habitude, mais entièrement rouge. Baek Hyun n'apercevait même pas une parcelle de peau tellement le sang coulait. Son arcade sourcilière gauche était défoncée, son œil fermé. Le liquide rouge sortait par tous les orifices possibles, les oreilles, le nez, la bouche, et même son œil droit, encore ouvert.
     


    Baek : Je t'emmène à l'hôpital, décréta le coréen.


     
         Lu Han n'eut même pas la force de riposter comme il l'aurait voulu, il était à bout de force. Il ne sentait plus ses membres, et Baek Hyun le rattrapa de justesse alors qu'il s'écroulait.


    *

     

    Médecin : Votre ami a de nombreuses contusions et un traumatisme crânien, je vais le garder en observation une semaine au moins, puis il pourra rentrer chez lui. Mais il serait préférable qu'il ne reste pas seul au début, son traumatisme pourrait lui provoquer des vertiges, des étourdissements, et même des pertes de la mémoire. Vous pourrez rester avec lui quelques temps ? avait déclaré le médecin urgentiste, après avoir ausculté Lu Han.

         Baek Hyun avait répondu positivement, vérifiant s'il pouvait bien héberger le chinois chez lui ou pas. Il réfléchit quelques instants, mais il ne voyait pas ce qui pouvait l'en empêcher. Il entra donc dans sa chambre afin de lui demander si ça ne le dérangeait pas, mais le blond dormait toujours. Il regarda l'heure sur son portable. 22h. Il n'avait exceptionnellement pas cours demain, et décida de passer la nuit auprès de l'autre, au cas où il se réveillerait et se demanderait ce qu'il se passait.

         Au bout de quelques heures d'hésitation, l'inconfortable fauteuil le convaincant, il alla doucement s'allonger sur le lit, en faisant attention à ne pas réveiller Lu Han. Celui-ci avait un visage paisible qui fascina le coréen. Il était redevenu blanc, tout de même ornementé de quelques ecchymoses ça et là. Son œil gauche était désormais violet et un peu gonflé, mais moins que lorsqu'il l'avait vu débarquer dans un sale état. Son nez n'avait heureusement rien subit de grave, et sa lèvre inférieure avait une légère entaille du côté droit.

         Baek Hyun, pris d'une soudaine pulsion, se pencha vers la bouche qui lui faisait face et y apposa la sienne, fermant les yeux. Le contact fut court, bref, mais si agréable qu'il voulu recommencer. Seulement le chinois bougea, faisant se crisper l'autre. Il se passa la main sur les lèvres avant de murmurer le prénom du plus jeune dans un sourire. Puis plus rien. L'avait-il réveillé ?! Il attendit quelques instants, mais voyant que le blond était redevenu immobile, il se détendit et sans s'en rendre compte, s'endormit.
     

    *

     
    Il hésitait, malgré le fait qu'il en mourrait d'envie, il ne voulait pas encombrer son maintenant ami.


     
    Baek : Mais je te dis que le médecin a précisé qu'il ne fallait pas que tu restes seul ! T'es têtu hein ! J'ai une chambre d'ami, je te ferais une place dans la salle de bain si tu veux, mais je t'interdis de rester seul chez toi ! Tu viens chez moi, c'est tout ! Fin de la discussion.
     
         Finalement, Lu Han accepta, et après avoir remplit et signé tous les papiers nécessaires, quitta l'hôpital. Accompagné de Baek Hyun, il passa chez lui prendre quelques affaires, le coréen viendrait prendre le reste plus tard, pour l'instant il devait se reposer. Cela faisait une semaine qu'il s'était fait agressé, mais certaines douleurs étaient toujours présentes. Il avait raconté ce qu'il s'était passé, et Baek Hyun avait de suite reconnut le coupable. « Park Chan Yeol, un élève de mon école, mais qui a comme spécialité le rap et pas le chant. Je crois qu'il est amoureux de moi. Enfin il n'arrête pas de m'appeler, il me surveille, il attaque n'importe quelle personne qui reste plus de deux secondes avec moi, Jong In, Kyung Soo et Jun Myeon en ont déjà fait les frais. Un vrai psychopathe. J'en ai parlé à la directrice mais je n'ai aucune preuve, elle ne peut, ou veut, rien faire. Cependant, je suis allé lui parler quand tu étais à l'hôpital, et je crois que j'ai réussi à le convaincre d'arrêter. On verra bien.» avait-il expliqué. Lu Han était abasourdi. Lui aussi avait été traqué comme ça en Chine, mais plus par des filles qui le trouvaient juste beau, que par des pervers homosexuels. Ils avaient cependant arrêté d'aborder ce sujet, leur rappelant à tous deux de mauvais souvenirs.


     
    Baek : Alors là c'est la salle de bain, la cuisine-salle-à-manger-salon tout c'que tu veux que ça soit, là ta chambre et au bout, la mienne. Ok ?
     
    Lu : D'accord. Vraiment Baek Hyun, merci beaucoup, tu n'es pas obligé.
     
    Baek : Shht, tais toi, je fais ça parce que j'en ai envie, je suis pas forcé.


     
         A l'entente de ces mots, joues de Lu Han devinrent cramoisies.


     
    Lu : Merci, murmura-t-il.
     

    *


         Cela faisait maintenant un mois que Lu Han habitait chez Baek Hyun. Au début, il ne devait rester qu'une semaine, voire deux, mais les effets secondaires se son altercation se faisaient toujours sentir. Il faisait encore des malaises lorsqu'il était fatigué.
     
         Mais malheureusement, le plus jeune n'était pas toujours avec lui quand il en faisait, et lorsqu'un soir il rentra trouvant l'appartement vide, il paniqua. Il alluma toutes les lumières en criant son nom dans toutes les pièces, avant de trouver un papier sur la table basse du salon.


    Je suis parti faire quelques courses dans la supérette au bout de la rue, le frigo est vide. Ne prépare pas à manger, je passe chez l'italien nous prendre des pâtes en rentrant, à tout de suite !
    Lu Han
     
         Baek Hyun soupira soulagé. Ouf, il ne lui était rien arrivé pendant son absence. Il s'installa donc sur son bureau dans sa chambre et commença à travailler, lorsque son portable sonna.


     
    Baek : Allô Lu Han ? J'ai bien eu ton mot et-
     
    Se Hun : Excusez-moi, l'interrompit une voix inconnue, au zozotement léger, vous êtes Baek Hyun ?
     
    Baek : Euh oui c'est moi, pourquoi ? Qu'est-il arrivé à Lu Han ?
     
    Se Hun : Il vient de faire un malaise dans le magasin où je travail, mais il ne veut pas que j'appelle les pompiers, il me dit que c'est normal, il veut juste vous voir vous, al-
     
    Baek : Votre nom ?
     
    Se Hun : S-Se Hun.
     
    Baek : Se Hun, ne bougez pas, j'arrive d'accord ?


     
         Il raccrocha sans lui laisser le temps de répondre, sortit en trombe de l'appartement et courut jusqu'au point de vente. Il chercha alors son ami, qu'il trouva près de l'entrée, dans les bras d'un grand brun. Il ressentit une pointe de jalousie, mais n'y fit pas attention.


     
    Baek : Se Hun ?! cria-t-il presque, faisant se retourner le grand brun.
     
    Se Hun : Oui.
     
    Baek : Je suis Baek Hyun. Comment il va ? Que s'est-il passé ?
     
    Se Hun : Il marchait tranquillement et il s'est effondré d'un coup. J'étais dans le rayon alors je suis allé le voir directement. Il ne voulait pas que je l'emmène aux Urgences, je sais pas pourquoi. Depuis, il est dans cet état, il est conscient mais je crois qu'il délire un peu, il est brûlant et il arrête pas de dire « Baek Hyun » alors je me suis permis de regarder dans son téléphone s'il y avait votre numéro et je vous ai appelé. Je comptais pas fouiller ou quoi que ce soit...
     
    Baek : Vous avez bien fait Se Hun, merci beaucoup ! Vous pouvez y aller, je vais m'occuper de lui.
     
    Se Hun : Vous ne voulez pas que je vous aide à le porter jusqu'à chez vous ?
     
    Baek : Non c'est bon, ça ira, j'habite juste à côté. Merci encore, et bonne fin de soirée.
     


         Il plaça un de ses bras sous la nuque du malade, l'autre à la pliure de ses genoux et se releva. Lu Han était encore plus léger que ce qu'il pensait, ça l'inquiétait. Il était déjà maigre, mais là...
     
         Une fois arrivé dans son appartement, il l'allongea sur son lit et se mis sur le flan à côté, pour le surveiller un peu.


     
    Lu : Baek Hyun...
     
    Baek : Mmh ?
     
    Lu : J'ai l'impression qu'il ... qu'il me manque quelque chose.
     
    Baek : On a déjà vérifié dix fois Lu Han, tu n'as rien oublié chez toi, ni au magasin.
     
    Lu : Non, pas un objet. Il me manque une sorte de... Présence, c'est ça.
     
    Baek : Une présence ? C'est-à-dire ?
     
    Lu : Je sais pas... La première fois que je me suis réveillé à l'hôpital... J'ai ressenti comme un... Vide, et depuis, cette sensation me hante... Comme si dans la nuit de mon arrivée... J'avais pris possession de quelque chose... Mais que je l'avais perdu...


     
         Tout en parlant avec difficulté, Lu Han s'était rapproché de lui, les joues rouges, des gouttes de sueur perlant sur son front. Il s'était tourné vers lui, et quand il vit ses yeux, eut un hoquet de surprise. Ils étaient emplis de ... Désir ?
     
    Baek : Lu-Lu Han, tu es fatigué, tu devrais dormir.
     
    Lu : Non...
     
         Il continuait de se rapprocher dangereusement, jusqu'à ce que ses lèvres chatouillent l'oreille de son hôte. Son souffle électrisait ce dernier, qui n'osait bouger. Son nez caressa sa tempe, puis descendit sur sa joue et enfin, sa bouche effleura sa semblable et exerça une douce pression dessus.


     
    Lu : C'était ça... murmura l'aîné, entre les lèvres de l'autre.
     
    Baek : D-de quoi ? réussit à articuler Baek Hyun, non sans mal.
     
    Lu : Ce qu'il me manquait depuis l'autre fois...


     
         Le brun écarquilla les yeux pendant que le blond le poussait en arrière. Il était donc réveillé quand il l'avait embrassé ?! Il paniquait, mais sa réflexion le quitta bien vite, lorsqu'il se rendit compte qu'il était dorénavant allongé sur le dos, Lu Han sur lui. La chaleur montait tandis que le chinois commençait à l'embrasser dans le cou. Il était toujours immobile, ne sachant pas quoi faire, ni penser. Lu Han était malade, il ne devait pas contrôler ce qu'il faisait. Mais d'un autre côté, ça ne lui déplaisait pas... Il resta donc là, ferma les yeux et essaya de calmer ses pulsions. Tout à coup, tout devint silencieux, sans aucun mouvement. Après quelques minutes, il tourna la tête et réalisa que le chinois s'était endormi. Il sourit, soupira et se leva pour aller dans sa chambre, lui lançant un dernier regard.
     

    *


         Le lendemain matin, il fut réveillé par une odeur de café, une de celles qu'il aimait le plus au monde. Il entendit aussi du bruit provenant de la cuisine, où il se dirigea.
     
         Il découvrit alors un Lu Han en pleine forme, cuisinant quelques toasts. Se souvenait-il de son comportement de la veille ? Visiblement non, à en juger par le sourire innocent qui venait d'orner son visage lorsque leurs regards s'étaient croisés.


     
    Lu :Bonjour ! J'espère que ce n'est pas moi qui t'ai réveillé, j'ai fait tomber une casserole sans faire exprès, désolé, s'excusa Lu Han. Comment s'est terminé le film alors ? Je me souviens de rien du tout d'hier soir, ça doit être une des pertes de mémoire dont avait parlé le médecin. Mais ne t'inquiètes pas, je vais bientôt partir d'ici et arrêter de t'embêter !
     
    Baek : Lu Han.
     
    Lu : O-oui ?
     
    Baek : Combien de fois vais-je devoir te le dire ? Tu peux rester autant de temps que tu veux ici ! C'est clair ?
     
    Lu : Oui m-
     
    Baek : Shht, on devrait manger avant que ça ne refroidisse, coupa Baek Hyun, qui prit le plateau sur lequel reposait l'assiette de toasts et les cafés et le posa sur la table basse, devant la télé. Il rougit en repensant à ce qu'il s'y était passé la veille.
     
    Lu : Baek Hyun ? T'es tout rouge, t'es sûr que ça va ?
     
    Baek : Oui oui, juste un coup de chaud, rien de bien méchant ! Qu'est-ce que tu veux qu'on fasse aujourd'hui ? On est samedi, y a pas mal de trucs. Un ciné ?
     
    Lu : Oui, pourquoi pas !

     

    *

     

         Les deux jeunes hommes étaient confortablement installés dans les fauteuils rouges du cinéma, absorbés par leur film. C'était un film d'action, le genre de films dont ils raffolaient, aussi bien l'un que l'autre. Ils avaient acheté du Coca et des bonbons pour accompagner le tout, comme lorsqu'ils étaient enfants.
     
         Ils levèrent d'ailleurs tous les deux leur main pour prendre un délice sucré et celles-ci se rencontrèrent dans le sachet. Un courant les parcouru et ils se regardèrent, interloqués.
     
         Baek Hyun fut le premier à se ressaisir et tourna brusquement la tête vers l'écran, suivit de près par Lu Han. La tension était palpable, ils ne savaient pas pourquoi, mais ils savaient que le moindre geste serait fatal.

     

    [NOT ME] Un Hiver à Séoul

     

    Lu : Baek Hyun …

    Baek : Oui ?

    Lu : Je me rappelle de tout ?

     

    Un courant passa dans tout le corps du jeune coréen, se doutait-il de quelque chose ? Il savait pertinemment que la suite aller sûrement leur être fatal, mais dans quel sens ? Leur serait-il favorable ?

     

    Baek : C-comment ça ?

    Lu : Tout … Je me rappelle … Du baiser … De notre contacte … De mes sentiments …

    Baek : De tes sentiments ?

    Lu : Oui.

     

    Le blond se retourna vers Baek Hyun, peu de temps après ce mouvement, leurs lèvres se touchaient, c'était Lu Han qui avait lancer cette action, se qui avait engendrer le sentiment de quelques dizaines de papillons qui dansent dans le ventre du jeune brun. Le moment leur avait durer tellement longtemps, mais pas assez pour le plaisir que ça leur avait procurer. Ce baiser ce termina par des sourires.

     

    Lu : Je t'aime Baek Hyun.

     

    Baek : Et moi donc, en mordillant les lèvres de son coéquipier. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :